David Brin

 

Mon attachement à David Brin tient essentielle-ment à un roman, Marée Stellaire, bien qu'il s'agisse d'un auteur prolifique et éclectique. Je ne suis pas d'une originalité échevelée, puisque ce roman a reçu les prix littéraires Nebula, Hugo et Locus en 1984.

David Brin traite dans son cycle Élévation, auquel appartient Marée Stellaire, de la montée à la conscience de races pré-cognitives, telles en l'occurrence que les chimpanzés et les dauphins, et de la relation qui s'instaure avec ceux qui les ont "élevés" à la conscience.

David Brin présente un univers très vaste dans lequel toutes les races extra-terrestres (extrêmement nombreuses) ont été élevées à la conscience à partir d'une seule race, appelée les progéniteurs. Chaque race élevée par les progéniteurs élève à son tour de nouvelles races à la conscience qui deviennent leurs races clientes

L'humanité relève d'un profil atypique parce qu'elle semble s'être élevée elle-même à la conscience. La plupart des races extra-terrestres pensent que l'humanité a en fait été élevée par une race patronne, mais que le travail a inachevé, ou mal fait.

Marée Stellaire raconte l'histoire de l'équipage d'un vaisseau, le Streaker, premier vaisseau à être commandé et essentiellement composé de néo-dauphins (dauphins élevés à la conscience). Au cours d'une banale mission d'exploration, le Streaker tombe sur une découverte archéologique majeure, possiblement un cimetière de vaisseaux des progéniteurs. Ayant communiqué en clair leur découverte, le Streaker est pris en chasse par de nombreuses races extra-terrestres prêtes à tout pour leur arracher le secret de cette découverte.

Il s'agit d'un roman d'aventure SF qui m'a véritablement enthousiasmé et dont j'aurai bien aimé qu'il soit complété par un roman décrivant la mission d'exploration précédente (l'histoire s'ouvre alors que le Streaker vient trouver refuge sur la planète Kithrup, pourchassé par les vaisseaux E. T.), et par un autre découvrant ce qui se passe après que le Streaker soit parvenu à s'enfuir.